Interview atelier de créateur

 I. L’atelier              II. Les collections              III. La sélection            IV. Les exclus Précieux

 

 

 

I. L’atelier

D’où t’es venu cette envie de lancer ta propre marque de joaillerie ?

J’ai toujours eu un grand besoin d’indépendance et une volonté d’exister en tant que créatrice.

Une formation particulière? 

Je suis diplômée de l’école du Louvres et de l’école Boulle mais la meilleure façon d’ être performant dans ce métier c’ est d’ être observateur. J’observe toujours un bijou à l’ envers dans un premier temps puis à l’endroit.

Pourquoi fabriquer et non se contenter de créer ? Tu fabriques tout, toute seule ?

L’un ne va pas sans l’autre, on ne peut prétendre être «créatrice joaillère» sans  fabriquer soit même ! En ce qui me concerne, j’attache une très grande importance à toutes les étapes de réalisation,

C’est ce qui caractérise ma marque et l’histoire de chacun de mes bijoux: «le bijou a une âme» .

De plus, j’ai besoin de sentir mes outils sous les doigts tous les jours comme un tennisman a besoin de sentir sa raquette!

Pourrais-tu nous décrire ton cocoon ?

Je travaille dans un tout petit atelier dans le 1ème arrondissement que je décris comme une caverne d Ali baba, il y en a partout ! J’accroche aux murs mes maquettes de cire, mes dessins; j’étale mes prototypes sur le sol !

Les seules choses que je range sont mes outils et mes produits !

J’aime avoir constamment mes créations sous les yeux pour les peaufiner, trouver d’ autres idées…

Comment sélectionnes-tu tes fournisseurs de pierres et de matières?

Je travaille avec les mêmes fournisseurs depuis que je suis rentrée dans ce milieu, qui sont des gens reconnus par tous mes pairs pour leur sérieux et leur fiabilité.

Utilises-tu des techniques particulières pour réaliser tes bijoux ?

La bijouterie, la joaillerie, le serti font partie des arts appliquées, ce qui veut signifie qu’ il y a des règles à respecter. Sur la fantaisie, j’ai moins de contraintes techniques et financières.

J’ai développé avec l’expérience de nouveaux procédés notamment en émaillage:

 Mon email «résine» a une recette tenue secrète qui lui donne une grande résistance dans le temps et une brillance égale au verre.

En outre, suite aux nombreuses réactions allergiques que j ai développées en raison des produits utilisés, j’ai inventé une recette de pâte à polir à base de glycérine; j’enduis cette pâte sur tous mes outils, sur mes fraises et toutes mes meulettes ce qui me permet de ne pas diffuser de poussières dans l’atmosphère et cela me donne un résultat de poli incomparable !

 

Ta plus belle réussite technique ? Jusqu’à aujourd’hui 😉

La toute première bague que j’ai réalisée était une orchidée pavée de diamants de couleur, un dégradé de diamants jonquille, cognac et café. Non seulement c’était la première bague que je réalisais mais de plus c’était mon premier sertissage après l’école ! Cette bague a remporté le 5 ème prix d’ un concours de créateurs.

Quelles sont les matières que tu privilégies ? As-tu une affinité particulière avec certains matériaux, métaux, pierres ou gemmes ?

J’éprouve une grande affection pour l’or rouge

Je mets très souvent des pierres diverses taille briolettes sur l’or ou la fantaisie;

Sur la fantaisie en laiton, je prends toujours soin de faire une bonne dorure à 3 microns afin de me rapprocher au plus de la couleur de l’ or .

Fabrication machine VS fabrication main. Comment repérer les différences ? 

Sur mes bijoux, on retrouve toujours quelques asymétries. Si l’on compare deux pendentifs identiques, il sera facile de voir les différences qui prouvent leur authenticité.

Je ne lésine pas sur le métal, alors que les bijoux « faits machine » sont « grattés » jusqu’à ne retrouver que le métal qui tient la pierre !

Si on parle de sur mesure – Du gouaché à l’écrin.  Combien de temps de travail te faut-il en moyenne pour qu’un bijou sorte de ton atelier?

Je ne fais pas systématiquement de gouaché, sauf si je dois honorer une commande client speciale

En général, je fais un dessin technique puis je passe à la maquette.Tout  dépend du nombre de commandes, du bijoux à réaliser. Si c’est une création, je dois d’ abord déposer le brevet, si c’ est une commande, je livre dans un délai d’une à deux semaines.

·Les collections

Quelles sont tes influences? Tendances, artistes, cultures, pays.

Comment décrirais-tu ton univers, tes bijoux ?

Mon environnement est remplie de dorure, je créé aussi des ornementations pour meubles que je dore à l’or fin car je suis passionnée par le style de l’époque de louis xv.

Je ne suis pas pour l’extravagance mais plutôt pour l’élégance

Je m’ inspire de tout ce que je vois, je ne manque pratiquement aucune exposition à Paris…Dans le cas contraire, je me procure le résumé ou le livre.

Je suis entourée de notes, des moleskine dans tous les sens de toutes les couleurs afin que rien ne m’échappe. Mes notes sont des schémas ou des dessins. Mes bijoux sont commencés, repris et finis après maintes autres créations.

Quels sont les modèles qui t’ont fait connaitre ? (Le temps de fabrication moyen ?) – Peux-tu nous parler de la main de la chance ? Pourquoi l’avoir choisi ?

Dans un premier temps, mon objectif était de me faire connaître. J’ai donc cherché à développer un motif simple à réaliser avec des formes généreuses et facilement déclinables.

Le slogan « la main de la chance » m’ est venu à l’ esprit car je voulais répondre à une quête du monde actuel ; on a besoin de croire en quelque chose et de s’ attacher  différemment au matériel qui nous entoure.

Pourquoi proposer des pièces de haute fantaisie aux côtés de collections joaillerie ? Une demande de tes clients ? Une volonté de ta part? 

Avec le coût du métal, effectivement, les gens ne peuvent plus s’acheter de grosses pièces en or, j’ai donc développé  une partie de ma collection joaillerie en fantaisie; cela m a permis également étant donné que les contraintes financières sont moindres, de lancer mes plus grosses pièces à des prix plus abordables. (cf :  bracelet main poisson émaillée avec chaine).

Beaucoup de créatrices en joaillerie et petite joaillerie se lancent chaque année.  Qu’est-ce qui différencient tes créations ? Ce qui fait la particularité/ la force de tes bijoux ?

Je fais la  mise à jour chaque année! je me considère éleve a chaque création. Je sais utiliser une imprimante 3D, j’ai appris des logiciels, j’ai appris tous les corps de mon métier et chaque année je continue à me former avec les plus grands artisans de mon métier.

Comment décrirais-tu les personnes qui portent tes bijoux?

Ma force, c’est mon authenticité.

Je m’adresse surtout à des personnes qui veulent être eux même,  qui aiment l’ authenticité.

Quel serait ton métier si tu n’avais pas été joaillier ?

Styliste

 

III. La sélection

Ta sélection pour 2020 ?

Un petit bracelet «main de la paix» pour tous, c’est la meilleure des attentions pour bien commencer l’année.

Où peut-on trouver tes créations?

ART 25: 25 rue des rosiers – Paris 3ème, collection haute fantaisie avec des  pièces uniques et numérotées

SAGIL: 242 rue de Rivoli – Paris 1er, collection haute joaillerie ,pièces uniques et numérotées

Internet:www.joaillerie.shop

www.main-fatma.com

sur rdv : Paris 1, tel: 0678000959

 

IV. Les exclus Précieux

Une exclusivité à annoncer à nos lecteurs ?

Toutes les exclusivités et nouveautés sont mises à jours sur ma boutique online :

Etant donné le grand succès des « mains de la chance » depuis 15 annee deja , j’introduirai en douceur de nouvelles créations afin de pouvoir répondre à mes commandes en priorité.

C’est terminé,
Merci pour le temps consacré à cet entretien.